Portrait de Chimiste : Claude Husquinet

Claude Husquinet

Chimiste spécialiste des polymères pour la construction, l’industrie et le génie civil

Claude Husquinet, 73 ans, a obtenu sa licence en chimie en 1971 et est aujourd’hui gérant de la société Auctum, conseiller scientifique et collaborateur scientifique en Faculté des Sciences Appliquées à l’ULiège.

Quel est votre parcours professionnel ?

Après ma licence en chimie à l’ULg, j’ai donné cours durant deux ans à l’Ecole de la Province à Verviers puis, je suis devenu chef du laboratoire R&D chez Cobersy SA (Compagnie Belge Des Résines synthétiques) de 1973 à 1975. Le projet majeur consistait à mettre au point un béton synthétique pour la réalisation de cuves d’électrolyse pour l’Union Minière. La faillite de la société m’a amené à prendre une fonction technico-commerciale en tant qu’attaché de direction chez Résiplast (Anvers), société qui souhaitait se développer en Wallonie. Mon travail était de développer de nouveaux marchés et plus particulièrement, de définir des techniques originales de réparation, protection et renforcement avec des polymères dans la construction, un marché jeune et encore peu connu. En 1989, j’ai fondé (avec un partenaire français) SRS Bénélux, une entreprise spécialisée dans la fabrication de matériaux et la mise en œuvre de solutions pour la protection, le renforcement et la réparation dans les domaines de la construction, l’industrie, le génie civil.

Quelle est votre position actuelle et quelles sont vos missions ?

Depuis 2013, je suis gérant de la société Auctum srl, qui fournit une assistante technique pour l’obtention d’avis et agréments dans les pays francophones et conseil scientifique dans les domaines d’expertise concernant la production et la mise en œuvre de systèmes de renforcement des bétons, de réparation et renfort de structures en bois et d’étanchéité dans le bâtiment, l’industrie et le génie civil. Je suis également collaborateur scientifique à l’ULiège en Faculté des Sciences Appliquées.

Quel est l’aspect de votre métier qui vous plait le plus ?

J’apprécie particulièrement la recherche et le développement de solutions innovantes pour répondre aux demandes du monde de l’engineering. Il s’agit de traduire en forme chimique pratique les requêtes du domaine de la construction pour la protection, l’étanchéité, le renforcement ou les réparations et en assurer la mise en œuvre sur les chantiers. Cette démarche inclut la mise au point du produit, sa mise en œuvre et le suivi de la réalisation sur chantiers.

Êtes-vous amené à voyager ?

Oui, mais peu et pas longtemps. J’ai dirigé des travaux de réparations à distance, par exemple en Roumanie suite à une explosion dans une station d’épuration fabriquant du biogaz. Il s’agit la plupart du temps soit d’analyse de cas, soit de mise en route d’exécution.

Travaillez-vous seul ou en équipe ?

Toujours en équipe ! Dans le monde de la construction, beaucoup de spécialistes collaborent et s’assistent.

Quelles qualités faut-il selon vous pour exercer votre métier ?

  • Analyse et pugnacité pour finaliser les projets ;
  • Écoute et ouverture d’esprit ;
  • Humilité et partage des informations.

Pourquoi, selon vous, faut-il étudier la Chimie ?

Si vous disposez d’un esprit scientifique curieux et du goût développé de relever des défis, n’hésitez pas à vous inscrire en chimie ! Certes, les études sont exigeantes mais elles permettent de développer les talents cachés et les facultés à un niveau d’excellence faisant de vous un scientifique capable d’aborder de très nombreux sujets et de vous réaliser dans un parcours professionnel qui permet à chacun de s’épanouir. En effet, la formation en sciences chimiques à l’ULiège se révèle particulièrement utile dans de nombreux domaines, ce qui rend le chimiste liégeois très polyvalent (comme en témoignent les parcours très variés de nos confrères) ! En outre, les études de chimie permettent de développer l’esprit d’analyse et la précision de ces analyses.

Quels conseils donneriez-vous aux jeunes qui veulent se lancer dans des études de Chimie ?

Soyez pugnaces, courageux et humbles : le succès vous comblera…

Pouvez-vous partager une anecdote avec les chimistes de l’ACLg ?

J’ai participé à la rénovation et la réhabilitation des anciens Bains de la Sauvenière (aujourd’hui devenus « La Cité Miroir »), nécessitant la mise en conformité aux normes constructives actuelles. Bien que le bassin de 33 mètres était installé au dernier étage, la structure du bâtiment devrait être renforcée ! Après analyse des bétons, et en particulier des poutres, une première étude est menée avec le renforcement par collage de lames en carbone et en acier mais la technique ne permet malheureusement pas de satisfaire aux normes. L’étude s’est alors portée vers l’agrandissement des poutres par ajout de béton armé en épaisseur de +/- 15 cm. Nous avons approché le problème avec l’utilisation de bétons à ultra hautes performances (BEFUP) qui a permis d’assurer un renforcement des poutres ainsi que des dalles et colonnes. Le chantier nécessitait une présence continue afin de s’assurer de la parfaite mise en œuvre de chaque phase. Cette réalisation fut une première en Belgique ! Ces travaux furent une réussite grâce au bureau d’étude Cerfontaine qui a réalisé les calculs pour tous les éléments et la société que je dirigeais. Cette première nous a par la suite permis de réaliser des chantiers importants en Hollande et entre autres de renforcer un niveau de parking au Consilium européen à Bruxelles.

Découvrez d’autres Portraits de Chimistes sur notre page :
https://www.aclg.be/reseau/portraits-chimistes/

Publié le 04 mai 2022 par Wendy Müller